L'art du bien êtreApprendre a apprendreEchanges et enrichissementsPerspectiveSavoir faire & Savoir être...
L'art du bien êtreApprendre a apprendreEchanges et enrichissementsPerspectiveSavoir faire & Savoir être...
Qui sommes nous?
Avec un engagement professionnel aussi bien dans la formation que dans le suivi des stagiaires, l'équipe de formation transmet...
LIRE LA SUITE ...
Formation pluridisciplinaire
Métafor'm ECCS privilégie une approche pluridisciplinaire dans la transmission de ce métier et ce au travers de...
LIRE LA SUITE ...
Articles et ressources
...ce qui nous amène à réfléchir sur le lien entre développement personnel et professionnel d'un point de vu strictement...
LIRE LA SUITE ...
Lexique et ressources
L'intelligence émotionnelle (I E), désigne la capacité pour un individu à identifier, accéder et gérer ses émotions...
LIRE LA SUITE ...

Les objectifs

OBJECTIF & PROGRAMMATION MENTALE :

En guise d'introduction à ce sujet, nous poserons la question suivante : savons-nous tous nous fixer des objectifs ? La réponse à cette question est bien évidement « oui » car quelle qu’en soit l’ampleur ou le sujet visé, nous avons tous à moment ou à un autre, formulé un ou des objectifs que nous nous sommes attaché par la suite à réussir. Evoluer dans sa carrière, perdre du poids, apprendre une nouvelle langue, changer certaines habitudes, entreprendre un achat particulier, faire du sport et autres sont autant d’objectifs type que l’on a pu se poser. Schématiquement, établir un objectif passe par le constat d’une situation présente dans laquelle « il manque quelque chose ». L’objectif marque donc une volonté de faire évoluer la situation présente vers une situation désirée qui inclurait la réussite de l’objectif (poids idéal atteint…évolution de carrière réussite…nouveau sport initié…etc).

Nous savons donc formuler des objectifs et nous savons œuvrer pour leur réussite. En revanche il n'est pas toujours évident d'atteindre tous les objectifs que l’on se fixe même s’ils naissent généralement tous de désirs et parfois même de grandes nécessités. Alors pourquoi certains objectifs sont atteints et d’autres restent pour ainsi dire sur la route faute de n'avoir pas pu être atteints ?  Plus précisément, pourquoi certains objectifs sont abandonnés en cours de projet et d'autres perdurent dans le temps sans jamais réellement paraître accessibles ?

C'est exactement pour illustrer ce point qu’intervient et que prend tout son sens la notion de « programmation mentale ». En effet, même sans être particulièrement conscient du « comment fait-on? », nous savons parfois programmer notre réussite et produire la motivation nécessaire pour atteindre certains objectifs : c'est bien là où se trouve le nectar du processus. Peu importe la taille de l'objectif lorsque l'on parvient à mettre en œuvre la bonne « conjoncture mentale », on finit par se diriger immanquablement vers la réussite de nos objectifs, jour après jour, jusqu'à pouvoir profiter des résultats désirés (de l’état désiré).

Le psychisme humain, esprit conscient et inconscient inclus, suit dans son fonctionnement des règles relativement simples et constantes. Lorsqu'on les utilise, même intuitivement, de façon correcte, on construit et on programme mentalement les bases solides qui permettent d'atteindre notre objectif. Prendre conscience de ces mécanisme permet comme on peut le comprendre de  les « mettre en marche » correctement et systématiquement à chaque fois que cela nous est utile. Bien sûr à ce stade, la question à se poser c’est : « que fait-on exactement lorsque l’on parvient à initier un objectif dans les conditions qui permettent son incontournable réussite ? La réponse tient en divers points qui convergent vers ce que nous dénommerons une programmation mentale de qualité. Voyons un des éléments d’extrême importance dans ce processus de réussite qui comporte six étapes et qui constitue en définitive les règles de bonne formulation d’objectifs.

La première étape de la formulation d’un objectif qui nous mène à sa réussite, quels qu'en soient sa taille et son contenu, consiste à définir avec précision ce qui est à atteindre, à produire ou à réussir. Sur ce point, une seule petite règle participe à la programmation mentale de qualité qui est mise en place : formuler positivement et à la première personne ce que l'on veut ! Tout aussi évident que ce point parait, il arrive cependant souvent que ce qui est formulé c’est « ce qui n’est plus voulu ».

 Programmation mentale 1

En deuxième étape, après avoir bien pris soin d'éviter toute formulation négative, Il est simplement question de prendre conscience que l'on est bien l'instigateur de l'objectif. En d'autres termes, il s'agit tout simplement de s'assurer que c'est pour soi-même que l'on formule l'objectif et non indirectement pour « faire plaisir » à une tierce personne. Ceci tient au fait que bon nombre d’objectif requiert le maintien dans le temps d'une grande motivation (jusqu'à atteindre l'objectif). Sur ce point, maintenir la motivation nécessaire sera toujours plus aisé si l'on est bien l'instigateur et le bénéficiaire de la réussite de l'objectif.

Programmation mentale 2

Troisièmement, si définir précisément ce que l'on veut est important dans ce processus, il est également fondamental d’en définir le contexte et d'en dater la réussite. Bien entendu, il s'agit à cette étape d'éviter les timings trop court (et irréalisable), aussi bien qu'une projection temporelle excessivement longue (par peur de ne pas y arriver par exemple). Dans tous les cas, une date de réussite aussi précise que cohérente s'adapte à chaque objectif est les questions qui doivent être renseignées à ce stade sont donc : quand je veux que mon objectif soit atteint ? Dans quel cadre je souhaite atteindre cet objectif : Où ? Avec qui ?...

Le point suivant dans cette recette d'une bonne programmation mentale peut se résumer ainsi : si vous pouvez construire mentalement ce que cela donnera lorsque l'objectif sera atteint, alors c'est qu'il est réalisable. Comme on peut le comprendre, si l'on ne peut pas produire d'images (s’imaginer dans sa réussite), ni de son ou encore ressentir ce que l'on ressentira une fois l'objectif atteint, cela révèle une difficulté à se projeter dans ce qui devrait pour ainsi dire être évident. Si tel est le cas il est possible qu'un ajustement de la formulation réalisée à la première étape soit judicieux. En plus de permettre cette vérification, cette étape permet à l'esprit à produire et à se nourrir des représentations mentales qui constituent déjà la direction (consciente et inconsciente) à suivre pour la réussite de l'objectif : un important pas de plus dans la programmation mentale.

Qu'il s'agisse d'un objectif professionnel, personnel ou autre, en fonction de son ampleur et éventuellement de sa complexité, il est ensuite important de faire un bilan des ressources utiles à l’atteinte de l’objectif. À ce stade il suffit de distinguer les ressources dont on dispose déjà (moyen technique, aptitudes, etc…), et les ressources nécessaires que l'on devra développer. Il arrive parfois que cette étape génère des sous objectifs (développer et/ou s’approprier de nouvelles ressources utiles pour réussir l’objectif).

La dernière étape est de grande importance dans ce processus et elle consiste à vérifier que l'atteinte d'un objectif n'engendrera pas un effet secondaire non désiré. En d'autres termes, cette dernière étape consiste à se demander ce que la réussite de l'objectif engendrera pour soi et pour notre entourage. Encore plus précisément, cette étape, dénommée la vérification écologique, consiste à explorer les effets directs et indirects qu’engendrera la réussite de l’objectif. Les questions qui doivent être explorées sont : Que vais-je gagner avec cette réussite ? Y a-t-il quelque chose que je pourrais « perdre » en atteignant cet objectif ? Quelle influence cette réussite aura sur mon entourage ?, sur mes activités ? Sur mon relationnel ?, etc…

Si ce qu'il ressort de cette exploration est positif, alors le processus de formulation est complet et il n'y a plus qu'à garder le résultat en vue. Si les réponses qui émergent ne sont pas satisfaisantes, alors il est possible que quelques ajustements soient judicieux au niveau des étapes précédentes, où dans un cas extrême, que l'objectif se révèle finalement non écologique.

Une fois complété pour un objectif donné, ce processus doit être suivit de la / des première(s) action(s) liée(s) au déroulement du processus qui aboutira sur la réussite de l’objectif : Quelle est la première action à mettre en œuvre ? Quand cela sera-t-il fait ? Et il n’y a plus qu’à…